Quel voilier acquérir ? Choix de cœur ou de raison ?
Quel voilier acquérir ? Choix de cœur ou de raison ?

Quel voilier acquérir ? Choix de cœur ou de raison ?

Temps de lecture : 9 minutes

Une fois prise la décision d’acquérir mon propre voilier, la première question qui s’est posée a été celle du modèle à retenir. Plus que les qualités marines, c’est l’aménagement intérieur auquel j’ai d’abord pensé. En effet, je rêve de transmettre ma passion de la voile à ma famille et de l’emmener faire du camping sur l’eau sur mon canote. D’emblée j’ai regardé des unités de 7 à 8m pour leur côté habitable : une cabine indépendante à l’avant, une « vraie » cuisine et des toilettes séparées : ce niveau d’équipement me semble nécessaire pour garantir un confort minimal à ma tribu.

Mais je sais qu’embarquer la famille n’est pas un pari gagné d’avance.

Beaucoup de marins du dimanche comme moi se retrouvent au final seul sur l’eau l’écrasante majorité du temps.

De plus, habitant loin de la mer, mon bateau ne verra pas souvent l’océan. Est-ce bien utile d’avoir un grand bateau très équipé quand la navigation se limite à des sorties en solitaire de quelques heures sur un plan d’eau ?

En faisant des recherches sur le net, j’ai vu que le conseil qui revenait le plus fréquemment pour choisir un voilier adapté à ses besoins était de commencer par établir son programme de navigation. J’ai donc pris le temps de dégrossir ce programme que je résume ici.

Programme de navigation et cahier des charges

  1. Mon objectif premier est de faire fréquemment de la voile sur le plan d’eau local pour engranger de l’expérience : acquérir des automatismes, bien maîtriser mon bateau, connaître son comportement et ses limites de même que les miennes. Tout cela sachant que je dispose d’un budget et d’un temps limité pour l’activité voile : 3 à 7h au grand maximum par semaine (en incluant l’entretien du bateau).
    • CAHIER DES CHARGES
      • Bateau facile à gréer et simple d’utilisation
      • En bon état général (pas de travaux lourds)
  1. Je naviguerai principalement en solitaire mais aussi en famille et je compte passer de temps en temps une nuit à bord. A l’occasion, inviter des amis pour une virée et un apéro sur l’eau.
    • CAHIER DES CHARGES
      • Bateau habitable facilement utilisable en solitaire, mais pouvant accueillir 5 personnes dans le cockpit.
  1. Faire une régate par ci par là : pas pour le côté compétition mais plutôt pour sortir de ma zone de confort et apprendre au contact des autres.
    • CAHIER DES CHARGES
      • Si le bateau n’est pas trop pataud, c’est mieux !
  1. Si tout va bien d’ici 2-3 ans, je devrais être familiarisé avec le bateau et capable de gérer les opérations de mâtage/démâtage, mise à l’eau et transport. J’aimerais alors transporter le voilier sur d’autres plans d’eau pour des sorties en famille de 3-4 jours. Les destinations ne manquent pas, on trouve dans un rayon de 300 km le lac de la Madine, le lac du Der, celui de Constance et de Neuchâtel et un peu plus loin le lac Léman. Ce n’est pas gagné d’avance vu la lourdeur de l’opération : sortir le bateau de l’eau et le mettre sur remorque, le démâter, faire 3h de route, mettre le bateau à l’eau à l’arrivée et le mâter. Puis refaire l’ensemble de ces opérations à la fin du séjour. Sans compter l’avitaillement, les aspects administratifs, les frais… et les imprévus !
    • CAHIER DES CHARGES
      • Dans l’idéal, faible tirant d’eau pour une mise à l’eau directement depuis la remorque ; privilégier dériveur intégral ou quille relevable
      • Mâtage/démâtage possible en solitaire.
      • Disposant d’une remorque et transportable avec le véhicule familial
      • Equipé de 5 couchettes
      • Doté de toilettes
      • Doté d’une cuisine

  1. A terme je rêve de naviguer sur les côtes bretonnes une ou deux semaines l’été
    • HORS CAHIER DES CHARGES DU BATEAU
      • J’envisage plutôt à louer un voilier sur place. En effet, faire plus de 2000 km aller-retour en tractant mon voilier me semble une entreprise particulièrement ardue, d’autant qu’il faudrait que ça s’insère dans un programme de vacances qui ne se limitera pas à la voile. Enfin passer plus de 7j en famille sur un bateau de moins de 7m et son confort plus que sommaire est probablement au dessus de nos forces.
  1. Budget
    • Pas plus de 5000€, remorque incluse

Identifier les bateaux potentiels

J’ai beaucoup utilisé le site « choisir un bateau » : bien que ne payant pas de mine, il contient énormément d’infos pour comparer les voiliers. Pour chacun d’eux, il indique de nombreuses données telles que la longueur, la période de production, le tirant d’eau, le poids, la surface de voilure et le rapport Voilure/poids qui donne une indication sur les performances du bateau, sans oublier le prix moyen en occasion. Ces éléments sont parfois complétés par des photos et des commentaires.

Le mouton à 5 pattes ?

Le cahier des charges qui me semblait somme toute raisonnable va vite se révéler utopique !

Le couac vient du côté transportable. Mon Citroën Grand C4 Picasso dispose d’une motorisation peu puissante (115 chevaux), il peut tracter au maximum 1200kgs ce qui limite dans les faits le poids du voilier à moins de 600 kg, soit le poids d’un petit habitable de moins de 6m.

Comment passe t-on de 1200 kgs à 600 kgs ? Eh bien c’est tout simple :

  • Le poids d’une remorque capable de transporter un voilier de 6 à 7m est de l’ordre de 400 kg
  • Le poids du voilier indiqué par le constructeur est le poids à vide, il ne tient pas compte de l’armement (voiles, ancre, batterie, matelas, pare-battages, drisses…), équipements qui représentent un supplément de poids notable (mettons à la louche 50 à 100 kgs)
  • A cela il faut encore ajouter le moteur hors bord qui avec sa nourrice atteint facilement les 50 kgs

Donc on arrive déjà à 500-550 kgs à compter en plus du poids du bateau et il faut ajouter le matériel du propriétaire (bouteille de gaz, équipement cuisine, …) et la nécessaire marge de sécurité par rapport à la limite fixée par le constructeur automobile…

Or les voiliers de moins de 6m et de moins de 600 kgs ne collent pas du tout aux critères d’habitabilité cités plus haut. La solution la plus évidente serait de changer de véhicule ce qui n’est pas à l’ordre du jour pour de nombreuses raisons dont le coût mais même en faisant abstraction de cela, est-ce pertinent d’arriver à cet extrême pour d’hypothétiques sorties que j’envisage dans plus de deux ans ? Reste la piste de louer une voiture plus puissante chaque fois que je voudrai partir sur un autre plan d’eau avec le bateau mais primo je n’ai pas trouvé sur les sites des loueurs de voiture le critère « avec attelage », deuxio le budget de chaque virée en prendrait un coup !

En conclusion, tout comme Neo dans Matrix, il me faut faire un choix 😉

Pilule bleue : privilégier le côté transportable

Et prendre une unité de moins de 6m et moins de 600 kgs. Les candidats potentiels sont par exemple le micro challenger ou le Jouët 550 que je connais déjà bien pour avoir navigué dessus. Il y a aussi l’Edel 2, le First 18, le Kelt 5.50 ou encore le Gib’sea Pico plus ; j’ai été particulièrement intéressé par ce dernier car un membre de ma base nautique en vendait un.

Gib’sea pico plus

(c) « choisir un bateau »
Longueur de la coque : 5.9 m
Tirant d’eau : 0.50 / 1.05 m
Poids : 500 kg
Voilure : 19.1 m2
Couchettes : 4 – 6
Hauteur sous barrot : 1.3 m
Prix occas : 3 000 €
Nombre : 130
Fabrication : 1979 – 1984
Ratio V/P (voilure / poids) : 34
Jouët 550

Longueur de la coque : 5.5 m
Tirant d’eau : 0.27 / 1.10 m
Poids : 550 kg
Voilure : 18.5 m2
Couchettes : 4
Hauteur sous barrot : 1.2 m
Prix occas : 3 500 – 4 200 €
Nombre : 154
Fabrication : 1979 – 1984
Ratio V/P (voilure / poids) : 34
Kelt 550

(c) « choisir un bateau »
Longueur de la coque : 5.5 m
Tirant d’eau : 0.75 ou 0.30 / 1.10 m
Poids : 550 kg
Voilure : 18.4 m2
Couchettes : 4
Prix occas : 3 000 – 6 000 €
Nombre : 600
Fabrication : 1978 – 1982
Ratio V/P (voilure / poids) : 33
Données issues du site « choisir un bateau »

Pilule rouge : privilégier le côté habitable

Dans cette option, je donne la priorité au critère habitable, tout en restant dans le monde des bateaux transportables sur remorque de voiture. Cela revient à me limiter à une navigation sur le plan d’eau de Plobsheim pour plusieurs années, tant que je n’aurai pas changé de véhicule.

Les candidats sont des bateaux de 6 à 7m avec les critères d’habitabilité décrits plus haut, en particulier une « vraie » cuisine. Ceux que j’avais retenu en short list sont les Kelt 620 et 707, l’Edel 6, et le Jeanneau Love Love.

Kelt 620
Longueur de la coque : 6.2 m
Tirant d’eau : 1.06 ou 0.65 / 1.50 m
Poids : 955 kg
Voilure : 24.25 m2
Couchettes : 4
Prix occas : 5 000 – 6 000 €
Nombre : 1300
Fabrication : 1974 – 1984
Ratio V/P (voilure / poids) : 25
Kelt 707
Longueur de la coque : 6.98 m
Tirant d’eau : 0.50 / 1.50 m
Poids : 1 200 kg
Voilure : 25.3 m2
Couchettes : 5
Prix occas : 7 500 – 11 000 €
Nombre : 150
Fabrication : 1981 – 1987
Ratio V/P (voilure / poids) : 21
Edel 6
Longueur de la coque : 6.65 m
Tirant d’eau : 1.00 ou 1.30 ou 0.60 / 1.00 m
Poids : 1 100 kg
Voilure : 26 m2
Couchettes : 5
Prix occas : 5 000 – 6 000 €
Nombre : 900
Fabrication : 1975 – 1983
Ratio V/P (voilure / poids) : 24
Jeanneau Love Love


Longueur de la coque : 6.6 m
Tirant d’eau : 1.05 m
Poids : 1 100 kg
Voilure : 25.2 m2
Couchettes : 4 – 5
Prix occas : 2 500 – 5 000 €
Nombre : 780
Fabrication : 1970 – 1979
Ratio V/P (voilure / poids) : 23

J’ai peu hésité entre les deux pilules. J’avais déjà navigué sur des bateaux pilule bleue et j’avais envie d’aller vers quelque chose d’un peu plus grand qui s’apparente plus à un croiseur qu’à un day boat. Donc j’ai opté pour la pilule rouge en me disant que même si je ne pouvais le transporter dans l’immédiat, ça pourrait changer dans le futur quand viendra la moment de remplacer le véhicule familial.

And the winner is…

Bon, le suspense n’est pas total puisque vous êtes sur le site de Kribi, un Edel 6 !

Mais ça a été un heureux concours de circonstance.

Bien que je sois littéralement tombé amoureux de ce voilier quand je l’ai découvert et que j’ai trouvé pas mal d’annonces de vendeurs, il restait un épineux problème, comment le ramner à Strasbourg ?

En effet, les offres étaient en majorité localisées en Bretagne ou en Méditerrannée. Difficile d’abord de couvrir une telle distance depuis Strasbourg pour aller visiter un voilier qui au final ne me conviendrait peut être pas. Et ensuite comment le ramener ? Louer une voiture pour l’occasion ? Difficile déjà d’en trouver une comme évoqué précédemment mais aussi un peu dangeraux car je n’ai aucune expérience de conduite avec remorque. Chercher une societe de transport ? J’ai regardé mais cela alourdirait la facture de maniere conséquente !

J’ai totalement craqué pour ce magnifique Edel 6 qui du haut de ses 43 ans semble juste juste sorti de l’usine et vendu 4900 € (sans remorque ni moteur) à Cannes. Compliqué pour moi d’aller le voir et encore plus de le ramener.. Snif

Toutes ces contraintes de transport m’ont amené à cibler des offres plus proches de chez moi même si le bateau ne correspondait pas à l’Edel 6, mon choix de coeur. Ainsi, j’ai été à deux doigts d’acquérir le Jeanneau Love love ci-dessous en parfait état, pas cher et disponible sur place.

Mais je n’ai pas été assez rapide et il a été vendu 2 jours avant la date prévue pour ma visite. Dur coup au moral !

J’en étais encore à ruminer ma déception d’avoir loupé l’achat du Love love quand j’ai vu une annonce pour un Edel 6 à Strasbourg en bon état général. J’ai sauté sur l’occasion, fait le forcing pour le visiter en premier et j’ai confirmé l’achat le jour même.

L’aventure Kribi pouvait commencer.

4 commentaires

  1. Yves D

    Bonjour ,
    bravo pour cet article qui retrace très bien la recherche du compromis entre le coût , le transport , les occasions disponibles ….choisir c’est renoncer !
    Aprés avoir navigué en edelcat 26 puis sur sur un cata plus grand ( djicat33) j’en reviens à lorgner les bateaux de Maurice Edel , cherchant à m’affranchir le plus possible de la mafia des chantiers navals…
    l’aventure Kribi nourrit ma réflexion !
    bonnes navigations!
    Yves

    1. Bonjour Yves, un grand merci pour votre commentaire et mes excuses pour le long délai de réponse. je n’ai pas eu une seconde pour m’occuper du site de mon cher Kribi mais je m’y remets tout doucement… AU plaisir d’échanger avec vous.

  2. Iroise

    bonjour ,
    Comme vous j’ai cherché , pilule rouge ou bleu , j’ai trouvé il y a presque 10 ans maintenant un Edel 665 de 1977
    que je possède toujours . J’ai vu vos vidéos , c’est ça on est bien dans le même rêve et la même passion ….je poursuis mon aventure avec Iroise et conseille si ce n’est déjà fait le Blog EDEL sur lequel pas mal de passionnés se retrouve ….
    Au plaisir de nous suivre et comme on dit en Bretagne Kenavo et bon vent !

    1. Bonjour Iroise, la quête du bateau idéal a été longue mais l’aventure ne fait que commencer. Mes excuses pour le délai de réponse après une période un peu chargé, je suis un fidèle du blog Edelvoilier et le nom Iroise ne m’est pas inconnu 🙂 L’EDEL 6 a un je-ne-sais-quoi de fascinant, je suis sûr que j’aurais été très heureux avec un autre voilier mais celui-là c’est vraiment mon coup de coeur. Au plaisir de vous croiser sur Edelvoilier ou sur ce blog. Kenavo !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.